Grosbec casse noyaux.

Publié le par Tienouz, un ptit coin en limousin

Un oiseau que j'observe pour la première fois a proximité des distributeurs. Quand il se trouve aux nourrissoires aucun autre oiseaux n'a le droit au chapitre, sauf les petits et chamailleurs chardonnerets qui arrivent a l' en expulser.

 

 

 

Grosse tête munie d'un gros bec fort et conique. Ailes bleu-nuit avec taches blanches aux épaules. Menton noir. Couleur générale fauve sur le dessus, plus clair sur le ventre. Le bec est bleu-gris au printemps et jaune pâle en hiver. La femelle est dans l'ensemble plus terne. Au vol, ses barres alaires blanches et sa silhouette rondouillarde assurent l'identification.
La queue est courte. Le cou est gros, donnant en vol une singulière impression, comme si les ailes étaient trop courtes pour un corps et une tête plutôt volumineux.
Son alimentation étant basée sur des graines très dures, le grosbec casse-noyaux a développé une extraordinaire musculature par le simple mouvement des mandibules. C'est cette importante masse musculaire quidonne à la tête ce gabarit étonnant. Les yeux sont roseambrés. Les pattessont sombres en hiver et rose ou corail au printemps.

 


 



C'est un oiseau très farouche et difficile à observer. Il se trouve généralement haut dans les arbres, ou bien vole haut et vite dans les trouées. Oiseau des bois, parcs et vergers, le grosbec est un nicheur peu commun et localisé. En automne, quelques individus errants ainsi que des migrateurs peuvent se rencontrer çà et là mais jamais en grand nombre. Ils ne dédaignent pas le tournesol des mangeoires.
Dès que le grosbec casse-noyaux a réussi à attirer une femelle par son chant, la parade nuptiale commence. Le mâle offre aussi de la nourriture à la femelle, en la lui donnant directement dans le bec. A cette période, il se montre particulièrement agressif et nerveux.
Pour casser les coques des graines ou les noyaux de certains fruits, le grosbec est très habile. L'intérieur du bec est pourvu de stries, permettant de bien caler la graine ou le noyau. L'oiseau les partage en deux, en se servant de la jointure entre les deux moitiés de la coque.
Le grosbec casse-noyaux est un oiseau farouche, se réfugiant à la cime des arbres s'il est effrayé ou dérangé.

 

 

 

 

 

12-IMG 9384

 

 

15-IMG 9405

17-IMG 942014-IMG 9401

 

 


Publié dans faune - flore - nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fleur 08/02/2015 19:34

Super merci on chercher cet oiseau avec mes parents on l a observé dans notre jardin . Connaissez vous par hasard son nom scientifique. Merci encore et bravo pour ces magnifiques photos .

Rima16 11/01/2013 13:20


Bonjour ,tout simplement magnifique ,mon mari m'a dit l'avoir vu un matin dans une mangeoire,quelle dommage que je n'étais pas là...ça sort un peu des oiseaux dont j'ai l'habitude de voir.bonne
journée.

daniel.l 11/01/2013 11:41


magnifiques, tes images, et les explications, intéressantes...!

Capucyne 09/01/2013 08:00


je n'en ai jamais vu : je pense que ce n'est pas un oiseau de la région...

dacaio 08/01/2013 22:35


coucou Etienne ... c'est vrai qu'il donne l'impression d'être trapu et ... querelleur,n cet oiseau avec son cou épais, son gros bec et son oeil un peu dur .... mais quelles belles couleurs de
plumage !!! tu as fait des photos géniales !! bravo Etienne ...


bisous et bonne soirée